Assurance vie : opter pour un rachat total ou partiel

Plusieurs années après avoir souscrit un contrat d’assurance vie, il se peut que vous regrettiez, ne serait-ce que financièrement : les temps sont durs et vous n’aviez pas prévu une hausse aussi importante du coût de la vie par exemple, ou vous faites face à un imprévu financier. Vous aurez toujours la possibilité d’effectuer un rachat total ou partiel de votre assurance vie. Explications.

Les différences entre un rachat total et un rachat partiel

Le principe d’un rachat partiel est, comme son nom l’indique, un rachat « d’une partie » de votre capital d’assurance vie. Autrement dit, vous retirerez une partie seulement des sommes présentes sur votre contrat d’assurance vie. Les compagnies d’assurance imposent toutefois une somme minimale à laisser pour pouvoir maintenir le contrat ouvert. En effet, si toutes les sommes sont enlevées, il s’agit d’un rachat total ou d’une clôture de contrat, on parle aussi d’un « dénouement du contrat ».

Comment effectuer un rachat

Pour effectuer un rachat d’assurance vie, il vous suffit d’envoyer à votre compagnie d’assurance un courrier dans lequel vous indiquez votre numéro de police et sa référence, votre nom et la somme demandée. La somme doit être écrite en chiffre puis en lettres. Il vous faut aussi indiquer le moyen de restitution de l’argent (virement bancaire ou chèque), et indiquer la date de rédaction de votre courrier que vous enverrez ensuite par lettre recommandée.

L’assureur a deux mois, à compter de la date de réception du courrier, pour effectuer le versement de la somme.

Le rachat est soumis à des règles fiscales bien précises

Les deux types de rachat, partiel ou total, sont soumis au même régime fiscal. Dans les deux cas, une part imposable est calculée, puisque chaque retrait contient une part de capital et une part d’intérêts. Seuls les intérêts perçus sont imposables.

L’ancienneté du contrat entre aussi en jeu, puisque s’il a plus de 8 ans, un abattement (une déduction d’impôts) de 4600 euros (pour une personne seule) ou de 9200 euros (pour un couple marié) a lieu. Ensuite, l’assuré a deux possibilités : déclarer ce revenu avec ses autres revenus et être soumis au barème progressif de l’impôt, ou opter pour le prélèvement forfaitaire dont le taux varie avec l’ancienneté du contrat (taux de 35 % si le contrat a moins de 4 ans, de 15 % si le contrat a entre 4 et 8 ans et de 7,5 % si le contrat a plus de 8 ans).

Rappelons néanmoins que l’assurance vie reste un placement intéressant sur le long terme, et qu’à l’heure actuelle, une multitude d’offres existent sur le marché. N’hésitez pas à réaliser des devis et simulations d’assurances sur un comparateur d’assurances en ligne.