Archives pour la catégorie Contrat Assurance Vie

Choisir un contrat d’assurance vie : les critères de comparaison

Divers événements peuvent inviter à envisager de façon différente son futur. Un départ à la retraite, la naissance d’un enfant, le décès d’une personne chère, etc. Le choix d’un produit d’épargne ou de placement s’impose alors comme une solution permettant de faire fructifier un capital.

L’assurance vie permet de répondre à des objectifs de placement, le tout avec une fiscalité avantageuse. Il est cependant compliqué de choisir son contrat d’assurance vie, de multiples critères entrant en considération pour le choix d’une assurance vie. Voici quelques conseils vous permettant de mieux choisir votre placement assurance vie.

Souscrire un contrat d’assurance vie : le choix de l’assureur

Différents types d’assureurs distribuent des contrats d’assurance vie. Chaque consommateur a également la possibilité de signer un devis d’assurance vie dans une banque ou chez un courtier en assurances.

Vous avez certainement déjà un contrat d’assurance auprès d’une compagnie d’assurance (assurance auto et moto, assurance habitation, mutuelle santé, etc.). Par conséquent, si votre objectif n’est pas forcément de trouver le meilleur contrat et que vous accordez une grande importance à regrouper vos contrats d’assurance auprès d’un même interlocuteur, vous pouvez probablement opter pour le contrat d’assurance vie proposé par votre compagnie d’assurance.

Sachez cependant que certains acteurs sont spécialisés en assurance vie uniquement alors que des compagnies d’assurance ou des mutuelles sont habituellement généralistes.

Les critères de choix d’un contrat d’assurance vie

Le rendement probable d’un contrat d’assurance vie peut s’évaluer par rapport aux performances de ce même support de placement sur les dernières années. Un bon rendement d’assurance vie dans les derniers exercices ne garantit cependant pas une bonne performance après la souscription. C’est cependant un gage de sérieux important du gestionnaire de contrat assurance vie.

Chaque contrat d’assurance vie propose son propre taux de rendement. Certains sont par conséquents plus élevés que d’autres. Vous devriez par exemple vous intéresser :

  • aux taux de rendements des dernières années, aussi appelé « taux servi »
  • aux performances du contrat sur les années précédentes et pas seulement la dernière année : les rendements assurance vie sont-ils stables dans le temps ?
  • au taux minimum garanti (appelé dans le jargon des assureurs vie TMG) proposé par le contrat d’assurance vie
  • le risque lié au support : s’agit-il d’un placement sur un fonds en euros ? ou s’agit-il d’un placement sur un fonds en unité de compte ?

Les caractéristiques du contrat assurance sont également très importante. Ainsi les conditions de rachat assurance vie, de retrait assurance vie, la présence ou non d’une garantie plancher, la proposition d’un effet cliquet sont autant de points d’attention dont il faut tenir compte. Les facilités de gestion proposées par la compagnie d’assurance sont également un facteur de choix important : l’assureur propose-t-il par exemple l’arbitrage de votre assurance vie en ligne ?

Enfin, les frais liés à l’assurance vie étant parfois très importants (frais d’entrée assurance vie, frais de gestion, frais liés à la modification des placements, etc.), il est important de tenir compte des coûts occasionnés par la gestion de votre contrat d’assurance vie.

Votre objectif est de trouver le contrat d’assurance vie qui correspond à vos souhaits, en termes de performances certes, mais avec une souplesse de gestion importante et une sécurité maximale. Les contrats d’assurance vie en unités de compte proposent en effet des rendements plus importants, mais ils présentent bien plus de risques que les contrats en euros. La plupart des compagnies d’assurance proposent aujourd’hui des produits mixant les deux types de placement.

Utiliser un comparateur d’assurance pour comparer les contrats d’assurance vie

La solution la plus simple pour comparer les performances et les frais de gestion des contrats d’assurance vie est probablement d’utiliser un comparateur d’assurance. Simple et gratuit, ces outils vous permettent de comparer en un coup d’œil les différents devis assurance vie qui s’offrent à vous.

Banques en ligne, compagnies d’assurance, courtiers en assurance, tous les types de contrats d’assurance vie sont disponibles sur les comparateurs d’assurance en ligne.

Pour comparer efficacement les contrats d’assurance vie, il vous faudra déterminer au préalable quels sont vos objectifs de placement et quels montants vous seriez amené à verser.

Vous pouvez par exemple souscrire une assurance vie dans l’objectif :

  • de transmettre un patrimoine
  • de préparer votre retraite
  • financer un projet (achat immobilier, préparation de votre retraite, transmission d’un patrimoine, etc.)

Vous devez ensuite déterminer le montant que vous verserez au moment de votre premier versement, les sommes que vous placerez régulièrement, le type de support recherché (support avec actions, sans actions ou encore un mix des deux types de placement).

Ces informations vont permettre au comparateur d’assurance vie de vous proposer les contrats les plus adaptés à votre demande et surtout de comparer de façon centralisée les rendements des années antérieures et les frais de gestion. En effet, certaines compagnies exigent un premier versement minimal à l’ouverture du compte.

Une fois que vous avez sélectionné le contrat d’assurance vie qui vous convient le mieux, vous avez alors la possibilité de télécharger et d’imprimer un devis, d’entrer en relation avec un professionnel de l’assurance vie ou encore de souscrire directement en ligne, quand cela est possible.

Les modes de gestion de l’assurance vie

Les modes de gestion

Le souscripteur a la possibilité de choisir entre différents modes de gestion de son contrat.

1- La gestion profilée
Dans ce type de gestion, le souscripteur confie la gestion de son contrat à des experts financiers qui choisissent les valeurs et la répartition des actifs selon le profil déterminé. Ce dernier peut être prudent, équilibré ou alors dynamique. Dans ce cas-ci, les actions seront privilégiées comme investissement. Avec cette gestion profilée, le client n’intervient qu’indirectement dans le choix des supports. C’est l’assureur qui arbitre lui-même en fonction des choix fixés par l’épargnant. Les frais en cas d’arbitrage ne sont pas prélevés puisqu’ils sont réalisés dans le cadre du profil défini.

2- La gestion libre

Elle est également appelée gestion directe. Elle permet au souscripteur de choisir lui même les fonds sur lequel il va investir. Il répartit son épargne en fonction de ses objectifs de rentabilité et des risques qu’il est prêt à prendre.

3- La gestion à horizon
On parle aussi de gestion pilotée ou évolutive. Le principe est de faire évoluer la répartition des fonds en fonction de l’avancée de l’âge de l’assuré. On part donc d’une gestion dynamique basée sur des fonds actions pour aller progressivement vers des fonds obligataires. Au terme du contrat, la part de risque devient faible. En réduisant petit à petit et automatiquement la partie actions, l’assuré se couvre ainsi contre les risques d’un krach boursier.

Les contrats multisupports

Les contrats multisupports
Le contrat d’assurance vie multisupport permet d’investir les sommes versées dans des actifs financiers de tout type (on parle d’unités de compte) mais également dans du fonds en euros. On peut donc panacher son contrat selon ses objectifs, par exemple 70% de fonds euros et 30% d’unités de compte. Ces dernières sont le plus souvent des SICAV ou des FCP. Les contrats multisupports permettent ainsi d’investir sur un ou plusieurs supports. Selon le type de contrat souscrit, certains supports ne peuvent pas être investis. C’est l’assureur qui définit les unités de compte éligibles à chaque contrat.  Avec ces contrats multisupports, l’épargnant se constitue un portefeuille diversifié et peut mettre une partie de son capital à l’abri en intégrant une part de fonds en euros dans son contrat. Pour la partie investie en unités de compte, l’investissement n’est pas garanti, mais le rendement peut être supérieur à celui d’un fonds euros. Le souscripteur s’expose donc à un risque de perte de son capital. S’il décide de sortir de son contrat, l’assureur ne lui rendra que le nombre de parts détenues au sein de portefeuille. Le montant ainsi récupéré sera égal au nombre de parts comprises dans le contrat multiplié par la valeur de chacune d’elle. Si la valeur de la part a diminué depuis la souscription, l’épargnant enregistre une perte.
A noter que le fonds euros peut être investi en totalité sur un contrat assurance vie multisupport. Lorsque le souscripteur décide de modifier la répartition des fonds de son contrat, on parle d’arbitrage.
Il est important de souligner que le multisupport est soumis aux prélèvements sociaux sur la plus-value uniquement en cas de retrait et non à chaque fin d’année contrairement au monosupport.
Avec l’amendement Fourgous issu de la loi du 26 juillet 2005 de modernisation économique, il est désormais possible de transférer au sein de la même compagnie d’assurance un contrat monosupport vers un contrat multisupport sans en perdre l’antériorité fiscale. En contrepartie de cet avantage, il y a l’obligation d’investir minimum 20 % en unités de compte. Cet amendement permet donc de diversifier ses placements et de ne plus supporter les cotisations sociales annuellement. La transformation du contrat ne peut être effectuée chez un autre assureur et doit porter sur la totalité de l’épargne. Ce transfert doit se faire sur un nouveau contrat, il est donc impossible pour un client de transférer son monosupport sur un contrat en unités de compte qu’il détient déjà. Malgré les avantages que propose cet amendement, il induit la prise d’un risque supérieur. Depuis sa mise en place, les transformations n’ont pas été massives. Cela s’explique notamment par le fait que la majorité des fonds euros est détenue par des personnes âgées qui ne souhaitent prendre qu’un minimum de risque.

Les contrats monosupports

Les contrats monosupports
Le contrat d’assurance vie monosupport est exclusivement investi sur des fonds en euros, notamment les obligations. Les sommes versées sont garanties par l’assureur et ne peuvent diminuer du fait de la participation aux résultats chaque année. Celle-ci est composée de deux éléments : les intérêts et la participation aux bénéfices réalisés par l’assureur. Il ne subsiste donc aucun risque de perte pour l’épargnant qui met son capital à l’abri des fluctuations du marché. Celui-ci progresse annuellement. Les gains sont souvent limités du fait de cette sécurité. On estime le rendement d’un fonds en euros aux alentours de 4 %.

Le bénéficiaire

Le bénéficiaire
Il est défini comme la personne recevant le capital au dénouement du contrat. Il peut s’agir de l’assuré s’il est en vie ou de la personne de son choix désignée dans le contrat s’il est décédé. Il faut savoir qu’un bénéficiaire peut toujours renoncer au bénéfice du contrat. À noter qu’il ne peut être personne physique ou morale.

L’assuré

L’assuré
L’assuré est celui sur lequel le contrat est conclu. C’est donc nécessairement une personne physique. Le plus souvent, il est aussi le souscripteur. Mais il est possible que ce soit une tierce personne si le souhait du souscripteur est d’assurer un capital à un bénéficiaire en cas de décès de cette personne. Dans ce cas présent, l’assuré doit donner son consentement par écrit en indiquant le capital garanti. Cette situation peut se rencontrer par exemple lorsque des grands-parents (souscripteurs) concluent un contrat en prévoyant le versement d’un capital à leurs petits enfants (bénéficiaires) en cas de décès de l’un des deux parents (assurés).

L’assureur

L’assureur

L’assureur est la personne qui s’engage à verser la prestation assurée lors de la survenance du risque. Il est tenu d’informer le souscripteur des caractéristiques du contrat et à l’obligation de lui remettre une proposition d’assurance ainsi qu’une note d’information. Sa rémunération est en partie couverte par les frais de gestion versés par le souscripteur.

souscripteur dans le contrat d’assurance vie

Le souscripteur dans le contrat d’assurance vie
Le souscripteur est la personne qui souscrit le contrat d’assurance vie et s’engage au versement des primes. Il dispose d’un délai de renonciation de trente jours qui doit s’effectuer par lettre recommandée avec demande d’avis de réception. Il effectue également le paiement des frais divers tels que les frais d’entrée, de versement ou de gestion. Il dispose de plusieurs droits notamment ceux d’effectuer des rachats sur son contrat ou de désigner le bénéficiaire.
Plusieurs souscripteurs peuvent être présents au sein du même contrat. C’est par exemple le cas d’une souscription conjointe entre deux époux. Chaque époux est à la fois assuré et souscripteur et désigne l’autre comme bénéficiaire.
A noter également que la souscription du contrat peut s’effectuer par une personne morale (gérant de société, président du conseil d’administration…)